2 avril 2014 3 02 /04 /avril /2014 19:58

Une délégation de notre département, à laquelle s'étaient jointes les délégations des Pyrénnées-Orientales, de l'Aude et de la Lozère a fait partie du voyage en vue de manifester mardi 1 avril à Montreuil devant les bureaux de FranceAgrimer

Les revendications étaient claires:

  • interdire l'emploi des néonicotinoïdes dans l'agriculture qui provoquent une importante mortalité d'abeilles 
  • représentation de toute la filière apicole auprès des instances décisionnelles.
Nous étions à Montreuil !!!!
Nous étions à Montreuil !!!!
Nous étions à Montreuil !!!!
Nous étions à Montreuil !!!!
Nous étions à Montreuil !!!!
Nous étions à Montreuil !!!!
Nous étions à Montreuil !!!!
Nous étions à Montreuil !!!!
Nous étions à Montreuil !!!!
Nous étions à Montreuil !!!!
Nous étions à Montreuil !!!!
Nous étions à Montreuil !!!!
Nous étions à Montreuil !!!!
Nous étions à Montreuil !!!!
Repost 0
Publié par Abeille34
commenter cet article
28 mars 2014 5 28 /03 /mars /2014 23:16

Les apiculteurs qui participent à la manifestation du mardi 1er avril sont informés que le rendez-vous pour le départ en bus est prévu le :

Mardi 1er avril à 0h30 (Lundi 31 mars à minuit trente)

à la sortie Pézenas-est Autoroute A75

Les voitures pourront stationner sur l'aire de co-voiturage.

Aire de co-voiturage Pézenas Est

COMMUNIQUE DE PRESSE
LA FILIERE APICOLE RASSEMBLEE APPELLE A MANIFESTER
A PARIS - MARDI 1er AVRIL 2014
________________________________________________________

Les quatre organisations apicoles représentant la quasi-totalité de la filière :
- Confédération Paysanne

– FNOSAD (Fédération Nationale des Organisations Sanitaires Apicoles départementales)

– SNA (Syndicat National d’Apiculture)

–UNAF (Union Nationale de l’Apiculture Française) appellent les apiculteurs à se mobiliser pour soutenir leurs représentants lors de la réunion du Comité stratégique apicole (CSA), lieu de décision des orientations de l'apiculture, qui se tiendra le mardi 1er avril 2014 dans les locaux de FranceAgriMer.

Comment parler de développement de l’apiculture alors que le massacre des abeilles continue, et que le gouvernement ne remet pas réellement en cause l’utilisation des pesticides ?


Les apiculteurs en ont assez des effets d’annonces et des grands discours !

Ils dénoncent les incohérences et les fausses priorités relatives au Plan de développement durable de l’apiculture qui se construit sans les producteurs ! 

La priorité pour la filière est d’enrayer le déclin des abeilles pour retrouver ses capacités de production ! Cette priorité passe par l’élargissement du moratoire européen à toutes les cultures en attendant l’application de nouvelles procédures d’évaluation des pesticides.


La priorité n’est pas d’unifier la filière apicole. Plutôt que de la fragiliser, le gouvernement et l’administration doivent respecter sa diversité et oeuvrer à la renforcer en travaillant AVEC l’ensemble des organisations.
C’est pourquoi, les apiculteurs dans leur pluralité comptent faire entendre leur voix en manifestant :
MARDI 1ER AVRIL A PARTIR DE 13H
Départ : Rue de Paris 93100 Montreuil-sous-Bois (métro Porte de Montreuil ligne 9),
Direction FranceAgriMer, 12 Rue Henri Rol-Tanguy 93100 Montreuil-sous-Bois
Un « Point Presse » des organisations présentes est prévu à 14H30 devant FranceAgriMer.


CONTACTS PRESSE
__________________________________________________________________________
La Confédération Paysanne : Bertrand Théry - 06 75 90 05 69
FNOSAD (Fédération Nationale des Organisations Sanitaires Apicoles Départementales) :Jean-Marie Barbançon – 
SNA (Syndicat National d’Apiculture) : Yves Vedrenne – 06 08 46 31 43
UNAF (Union Nationale de l’Apiculture Française) : Anne Henriot, Relations Presse – 06 07 03 17 56

Repost 0
Publié par Abeille34
commenter cet article
24 mars 2014 1 24 /03 /mars /2014 09:47

Vous trouverez ci dessous le texte d’appel à mobilisation pour notre manifestation du 1er avril prochain. Ce texte a été rédigé conjointement par les 5 organisations.

La manifestation partira de la Place Henri Mondor (Paris 6ème arrondissement) en direction du Sénat.

Un point presse se tiendra une fois que nous serons arrivés devant le Sénat.

Pour rappel, nous vous invitons à venir avec du matériel : vos tenues d’apiculteurs (que vous revêtirez), vos enfumoirs, des ruches vides, des vieux cadres, des cornes de brume, des sifflets, des vuvuzelas (tout objet faisant du bruit) et des protections auditives anti bruit. Notre volonté est de nous faire entendre fortement et de mettre en scène notre ras-le-bol… mais bien entendu dans une ambiance pacifique.

Le déplacement se fera en car avec les départements voisins.

Le déplacement est gratuit pour tout participant.

Les modalités et horaires de départ seront communiqués ultérieurement.

Nous comptons réellement sur votre présence !

Inscriptions au plus tôt auprès de Christian Pons au 06 75 59 55 53

APPEL à mobilisation du 1er Avril

Repost 0
17 mars 2014 1 17 /03 /mars /2014 12:44

Un article de France 3 Languedoc Roussillon qui précise la situation inquiétante dans les Pyrénées-Orientales.

Inquiétante mortalité chez les abeilles des Pyrénées-Orientales

Les apiculteurs des Pyrénées-Orientales tirent la sonnette d'alarme, plusieurs centaines de ruches sont touchées par une mystérieuse pathologie qui déciment les abeilles.

Lien vers l'article assez intéressant sur le rapport qu’il y aurait entre la mort des abeilles de nos régions et les pesticides :

http://languedoc-roussillon.france3.fr/2014/03/16/un-millier-de-ruches-decimees-dans-les-pyrenees-orientales-434317.html

Inquiétante mortalité chez les abeilles des Pyrénées-Orientales
Repost 0
Publié par Abeille34 - dans GDSA infos
commenter cet article
10 mars 2014 1 10 /03 /mars /2014 20:50
Sirop Beecomplet pour le printemps

Une commande groupée de "beecomplet" (sirop de nourrissement) peut être réalisée pour ce printemps.

Veuillez contacter Annie Manibal au 04.67.98.52.35.ou au 06.80.03.19.45.dans les plus brefs délais.

C'est très urgent pour avoir une livraison rapide.

Repost 0
Publié par Abeille34
commenter cet article
10 mars 2014 1 10 /03 /mars /2014 18:14

Ce vendredi 14 Mars à 22h35 sur Arte (Allemagne, 2013 ,52 min) Semences:les gardiens de la biodiversité.Les semences de courgettes sont traitées avec des pesticides et des engrais ...La normalisation des semences est en marche au détriment de la santé.

Un document pour comprendre ce qui se joue dans les champs européens où l'abeille n'est pas conviée.

Repost 0
Publié par Abeille34
commenter cet article
26 février 2014 3 26 /02 /février /2014 17:57

Depuis l'entrée dans Castries la signalisation est suffisamment explicite pour y arriver ,mais une image vaut plus qu'un long discours

Espace gare à Castries
Repost 0
Publié par Abeille34
commenter cet article
26 février 2014 3 26 /02 /février /2014 17:24

Vous trouverez ci-dessous la vidéo réalisée suite aux mortalités constatées cet hiver dans les département des Pyrénées orientales et de l'Ariège, et mentionné par Jean Adestro, Président du GDSA 66, lors de l'AG de la FNOSAD.

Repost 0
25 février 2014 2 25 /02 /février /2014 20:39

Communiqué de l'UNAF:

"Comme convenu lors de notre assemblée générale du samedi 22 février, je vous prie de bien vouloir trouver ci-joint la Lettre ouverte commune aux 5 organisations relative au plan de développement durable de l’apiculture et au comité stratégique pour l’apiculture.

L’objectif est de la faire signer à un maximum de personnes. Merci donc de la faire parvenir à l’ensemble de vos adhérents et à toute personne sensible aux problématiques liées à l’abeille. Et de l’envoyer par courrier au Ministre (date limite le 14 mars).

Adresse :

Stéphane LE FOLL

Ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt

78, rue de Varenne

75439 Paris Cedex 07

 

Merci de votre coopération."

 

Vous trouverez ici la lettre à envoyer.

 

Lettre  au ministre de l'agriculture
Repost 0
21 février 2014 5 21 /02 /février /2014 13:48

Depuis quelque temps déjà, les températures relativement douces font sortir nos chères abeilles de leur léthargie hivernale, bien que nous soyons toujours officiellement en hiver.

La végétation est en plein essor et l'on peut constater une certaine précocité. 

Les amandiers sont en pleine fleur et sont visités sans retenue par nos abeilles. La fausse-roquette blanchit les rangs de vigne,(attention, c'est aussi la période du désherbage) le laurier-tin est tout fleuri dans certains coins,ou sur le point de l’être. D'autres fleurs participent aussi à la production de pollen ou nectar nécessaires au bon démarrage de nos colonies.

Les premières asperges sont même sorties.....

 

Le sacre du printemps ?
Le sacre du printemps ?Le sacre du printemps ?

Pour certains, la visite des ruches est déjà faite.

D'autres n'ont pas encore osé ou n'ont pas pu pour différentes raisons.

Mais pourquoi ne pas faire une pré-visite.

Pourquoi une pré-visite et c'est quoi ? La pré-visite permet de reprendre contact avec la colonie sans trop la déranger. Elle se bornera, par un bel après-midi ensoleillé et sans trop de vent à ouvrir la ruche et à retirer le couvre-cadre uniquement. La pré-visite doit être rapide. La température extérieure est relativement douce et permettra aux abeilles qui seraient sorties de regagner leur nid sans se faire surprendre par le froid. On ne sortira pas les cadres. Il ne faut surtout pas en cette période refroidir le couvain en plein développement, ce qui occasionnerait un surplus de travail aux nourrices pour re-réchauffer leur progéniture. Le travail est suffisant car les nuits sont encore froides et le couvain doit être maintenu à bonne température. Un autre risque lié au refroidissement de couvain et peut être à son abandon partiel, est l'apparition de maladies sur des larves abandonnées..

On constatera d'une part si la colonie est toujours vivante et active, s'il y a un démarrage de ponte ou si celle-ci est déjà bien avancée, Le nombre de ruelles occupées par les abeilles jeunes est un signe révélateur. On pourra trouver des ruches avec grosse population et des cadres "blanchissants", prêtes à faire une miellée de romarin par exemple. Poser la hausse aussitôt.

Qui dit développement dit consommation. Vérifier s'il y a suffisamment de provisions à disposition de la colonie sinon nourrir solide. C'est une bonne précaution de leur apporter du candi. Les besoins sont important en nourriture en cette période. Même s'il y a du miel en réserve, elles prendront ce qu'elles voudront et aucune crainte, le miel qui se trouve dans le corps sera consommé tôt ou tard. En cas de refroidissement et si les abeilles ne peuvent pas sortir, elles auront les provisions à portée sur la tête.

En cette période-ci le nourrissement au sirop est un nourrissement spéculatif qui va accroître la population en vue d'une miellée bien ciblée. Si celle-ci est généreuse, il n'y aura pas de problème. S'il fait mauvais temps ou si la miellée est défectueuse, attention aux dégâts ! Ce nourrissement  peut etre fait aussi en vue de la confection d'essaims, mais c'est une autre chose.

Notre région méditerranéenne, au climat doux n'est pas à l'abri d'un refroidissement. Rappelons nous l'année passée et la période de mauvais temps du printemps. Après une période froide et pluvieuse, on avait écrit "Ca va exposer" et ce fut le cas.

Le pollen ne doit pas manquer. Les rentrées doivent être abondantes. Cela conditionne le futur bon état sanitaire de la colonie. En cas de manque ou si les conditions météo se détériorent, il faudra compenser en apportant de la pâte protéinée.

 

En bon apiculteur, on notera les observations sur un calepin, une fiche ou autre, ce qui permettra de comparer lors de la vraie visite de printemps. C'est la comparaison avec une autre visite qui renseignera sur la vitalité de la colonie. On a tous bonne mémoire mais se rappeler que la ruche sans N° entre la N°23 et la N°12 semble orpheline alors que la N° 24 N°11 et N° 13 doivent être nourries etc etc... cela devient du sport cérébral de haut niveau.

Cette pré-visite permettra donc d'avoir une bonne estimation de l'état global de ses colonies ou des ruchers.

Elle donnera déjà une petite idée sur les travaux à envisager, de connaitre quelles ruches peuvent potentiellement etre réservées pour tel ou tel objectif.

L'apiculteur qui avait prévu de faire une récolte de romarin et qui trouve ses ruches aujourd'hui avec 3 cadres de couvain devra changer ses plans.

 

*************************************

Le développement des populations est tributaire de nombreux facteurs: conditions climatiques, environnement, état sanitaire ... dont un très important: la race.

 

On voit aujourd'hui un panel de race ou races métissées sur le territoire parce que l'apiculteur a choisi d'acheter la race qui devrait  "bien aller" pour maintes raisons. Il choisit souvent par exemple une race très douce parce qu'il est agréable de travailler avec des abeilles douces, on peut en convenir. Ce caractère sera réel la première année. Il se modifiera avec le temps et la colonie deviendra, la plus part du temps, agressive  lors du renouvellement de reine. On obtiendra ainsi, souvent, l'inverse du but recherché. Il en va de même pour les autres caractères: précocité de ponte, résistance et adaptation au froid ou vent, gestion des réserves, adaptation aux variations climatiques ...

Est-ce que l'apiculteur à pensé si l'abeille était bien adaptée à l'environnement qu'il lui propose? Qu'une abeille caucasienne soit installée en montagne peut se comprendre mais qu'on la positionne sur la colline qui domine Bouzigues, laisse pantois. Connaitre la courbe de dévellopement  permettra d'éviter l'erreur d'avoir le pic maximum de couvain en juillet alors que l'on arrive au moment ou la garrigue est sèche et grillée par la chaleur. Ou alors, il faut transhumer.

Par ces choix de races, on est en train de vouloir faire danser la sardane à Varsovie, la bourrée à Liverpool et le Sirtaki à St Etienne d'Estréchoux.

L'abeille "immigrée" réagira comme cela a été programmé dans ses gènes, et essayera de s'adapter au mieux à son nouvel environnement. Bien sur, la première année sera bonne car la reine est jeune et prolifique. Les années suivantes seront bien différentes avec des métissages en tout genre qui peuvent se révéler catastrophiques. 

Celà va donc obliger l'apiculteur à changer systématiquement ses reines chaque année.

De par ces metissages, la musique devient alors différente. Je vous laisse deviner un mélange de sirtaki, bourrée et sardane ...... mais peut-être certains y trouveront du charme...

et  que de tous ces croisements sortira une reine extraordinaire

dont la progéniture sera douce  laborieuse, peu essaimeuse économe résistante au varroa etc etc.

 

Je n'y crois pas trop... et je pense que ce pourrait etre si on continue à faire n'importe quoi

 "Le masssacre du printemps" 

 

 

D'autres ont compris la problèmatique.

Vous pouvez consulter la Lettre d'information d'Apiroutes ou l'on voit que les apiculteurs slovenes  défendent leur abeille caniolienne et sont conscients qu'elle est très bien adaptée à leur environnement.

Ils veulent en tout cas, préserver leur cheptel de toute pollution génétique. 

 

 

R Fourmaux

 

Le sacre du printemps ?
Repost 0

Présentation

  • : Abeille34-GDSA34 - les Apiculteurs de l'Hérault
  • Abeille34-GDSA34   -  les Apiculteurs de l'Hérault
  • : Blog pour les apiculteurs du département de l'Hérault destiné à faire circuler les informations syndicales et sanitaires concernant les abeilles.
  • Contact

Contactez nous

Vous pouvez laisser vos commentaires en fin d'article ou nous contacter directement à l'adresse abeille34@gmail.com

Recherche Dans Le Blog