14 avril 2012 6 14 /04 /avril /2012 08:08

VV1Les pièges à frelons sont enfin disponibles.

vous pouvez les trouver  pour le prix de 1 € chez:

Christian Pons Mas de Pagnol 34660 Cournonsec 04 67 85 09 42

Manibal Francis Chemin de La Jasse de Pierre 34480 Laurens 04 67 98 52 35

Bonnaud Michel La Fleurette Zone du Patus 34730 Saint Vincent de Barbeyrargues 06 88 14 61 33

 

Repost 0
Publié par Abeille34 - dans Vespa Vélutina
commenter cet article
21 mars 2012 3 21 /03 /mars /2012 16:31

 

CONSEILS DE LUTTE

 

Tableau des périodes de piégeage

 

Si Vespa velutina nigrithorax progresse rapidement, ce n’est pas vraiment le cas des stratégies de lutte. Après avoir colonisé plus de la moitié de notre territoire national, il s’est implanté dans trois pays voisins – Belgique, Espagne et Suisse. Les plans de lutte au niveau national sont inexistants. Pourtant, l’expérience de terrain montre qu’il est possible de limiter sa présence à un seuil tolérable.

Le laisser-faire, trop souvent préconisé, se montre catastrophique. L’équilibre annoncé s’établit souvent à un niveau de seuil incompatible avec la survie de l’abeille et probablement de nombreuses espèces auxiliaires ( jusqu’à 70 – 80 nids sur une petite agglomération ).

Mal compris, le piégeage de printemps est injustement accusé de ne pas être suffisamment efficace et de porter atteinte à la biodiversité. Sur le terrain, bien conduit, il se révèle le meilleur moyen actuel de contrôler les populations. Il est efficace, écologique, sans insecticide, facile à mettre en oeuvre. Les captures des autres espèces sont à relativiser et la comparaison avec le massacre de fin d’été est largement en faveur de l’action. C’est un aspect qu’il faut améliorer.

Nous devons respecter quelques règles :

- pertinences des zones

- respects des dates

- choix des pièges et appâts

- emplacements.

L’idéal serait la mise en place d’un plan de piégeage concerté basé sur un réseau de piégeurs formés. C’est l’action qui avait été mis en oeuvre en Dordogne, l’année 2008. Seule année de régression de la colonisation.

1) Les zones :

Il faut distinguer les zones Contaminées : le piégeage doit être pratiqué ; En phase de colonisation : le piégeage doit être ciblé et limité aux proximités des nids et aux endroits les plus propices (ruchers…) dans un rayon de 50 km ; Zones non exposées : le piégeage est inutile et contre productif.

2) Respects des dates (Voir tableau des phases de piégeage)

Début d’hiver, il est à proscrire. L’efficacité est nulle et l’impact sur les autres espèces peut être sensible. C’est la période de diminution des populations des insectes .

Fin d’hiver (premières fleurs, saules, noisetier), les fondatrices peuvent se manifester à proximité des lieux d’hivernage. Très important pour empêcher la dissémination, le piégeage doit se limiter à la proximité ( 500 m ) des anciens nids. Printemps (de la floraison des pruniers et arrivée des hirondelles, jusqu’à la floraison des châtaigniers ) Pendant cette phase, les fondatrices sont seules et vulnérables. L’objectif est de limiter

la dissémination et l’implantation de nids en capturant les fondatrices au fur et à mesure de leur arrivée. Le mythe de la nécessaire concurrence est infondé. Il n’est pas exceptionnel d’observer plusieurs nids de V.velutina à quelques dizaines de mètres, parfois en présence d’un nid de V. crabro.

En cas de concurrence importante, les fondatrices chassées migreront en contribuant ainsi à la dissémination. Souvent plus petites, s’implantant tardivement, leurs nids sont plus discrets mais produiront de futures reproductrices. Pour limiter ce phénomène, il faut poursuivre le piégeage durant toute la période solitaire des fondatrices, c'est-à-dire la fin mai -- mi juin, soit environ la floraison des châtaigners.

Les quelques survivantes, formeront de petits nids. Il est fort probable possible que nous accélèreront une sélection vers un frelon plus tardif et moins prédateur. A cette période, les captures involontaires ont peu d’influence sur le développement des espèces dont la dynamique est en pleine explosion. La nature ayant prévu l’arrivée des oiseaux insectivores. Il faut 15 à 20 pièges pour l’équivalent d’une seule mésange charbonnière en train d’élever sa couvée.

Le cas des vespidés et particulièrement des frelons européen est plus délicat. Cependant, les spécialistes français de cette espèce indiquent qu’aucune campagne de piégeage des frelons européens n’a réussit à diminuer de façon sensible les populations (étude des années 60).

Ceci est explicable par la saison très décalée de construction des nids de ces espèces. Les températures extérieures limitent les besoins énergétiques et donc l’appétence des appâts sucrés. C’est aussi la période de repérage possible des nids primaires qui sont souvent localisés dans les bâtiments ou les avants toits. Ils doivent être éliminés avant la construction des nids secondaires et la migration de la colonie.

Eté. Les besoins énergétiques des VV diminuent (absence de chauffage). Le piégeage est très difficile alors que la prédation s’accroit s’il existe des nids à proximité. C’est le début de la période de fécondation des futures reproductrices. La destruction des nids est essentielle mais reste limitée par la difficulté de repérage.

Automne. Avec les premières nuits froides le piégeage redémarre. L’objectif sera de limiter la prédation et de capturer éventuellement de futures fondatrices. L’utilité de la destruction des nids diminuent progressivement.

3) Appâts et pièges

Les pièges bricolés contribuent à la diminution de la pression mais leur efficacité reste limitée. Les pièges du commerce ( cloche ou japonais ) s’avèrent nettement plus performants et sont à privilégier.

Les appâts varient suivant la saison :

- Au printemps, les meilleures recettes sont :

o Le panaché

o Le panaché avec du sirop de fruit ( cassis, pomme, pêche, menthe ..)

o La recette bordelaise : vin blanc + bière + sirop de cassis ou de framboise

NB : Il peut se révéler utile de varier pour plaire à tous ces frelons.

NB2 : Ne pas vider les pièges mais les écrémer avec une fourchette. On peut écraser un ou deux frelons, leur odeur stimule les captures. Et compléter avec de la limonade. Il doivent être visités régulièrement pour éviter l’élevage de mouches.

- En été, le piégeage se révèle difficile. Les appâts sucrés ne sont plus attractifs. Prévoir des sardines fraiches ou autres poissons. La maintenance est difficile.

- Automne. Avec l’arrivée des premières nuits froides, les appâts sucrés redeviennent attractifs. Il est important d’empêcher la pénétration dans les ruches en plaçant les grilles d’entrée. Les appâts peuvent être à base de sirop de nourrissement et de miel puissamment parfumé (bruyère, châtaignier…). Pour éviter les captures d’abeilles nous devons rajouter un alcool (pineau, porto, muscat…) ou placer les pièges sur le coté ou l’arrière des ruches attaquées.

4) Emplacements

Les lieux les plus favorables sont :

- La proximité des anciens nids ;

- Les passages à essaims ;

- Les ruchers (odeurs de miel), les emplacements de transhumance, stockage des hausses ;

- Les tas de composts ménagers contenant des épluchures de fruits (odeurs de fruits mûrs) ;

- Les déchetteries ;

- Les lieux de stockage des emballages de fruits et légumes des magasins et épiceries ;

- Les arbres et arbustes mellifères en fleurs (pour le nectar des fleurs ou les abeilles en train de butiner. Les fondatrices éventrent leur proie pour longuement prélever des substances dans l’abdomen. Il est probable que le contenu du jabot soit l’objectif de la chasse. Ne pas hésiter à déplacer les pièges en fonction de la floraison.

Les frelons seront attirés de loin par les effluves de miel ou de fruits mûrs dégagées par tous ces emplacements. Une fois sur place, les chances de se faire piéger sont sensiblement améliorées.

La hauteur doit être comprise entre 0.5 et 1.50 m. Le matin au soleil et l’après midi plutôt à l’ombre. Il n’est pas inutile de placer plusieurs pièges au même endroit.

Dans les secteurs fortement infestés, l’assainissement pouvant atteindre un rayon de 800m ne permet pas de préserver les ruchers de la prédation au-delà de la fin de l’été. Il est prudent de prévoir une « ceinture » de protection en posant des pièges sur 5-6 emplacements répartis sur un cercle d’un km environ autour du rucher.

 

Richard Legrand

 

Le 15 mars 2012,

 Tableau des périodes de piégeage

Repost 0
Publié par Abeille34 - dans Vespa Vélutina
commenter cet article
15 mars 2012 4 15 /03 /mars /2012 09:52

Hérault Apicole 91 de mars 2012

 

Cliquer sur le logo pour ouvrir le journal :

havignette.jpg

Repost 0
Publié par Abeille34 - dans Hérault Apicole
commenter cet article
13 février 2012 1 13 /02 /février /2012 09:51

Un stage de formation à l'élevage de reines est prévu le 3 et 4 avril à la Maison de l’apiculture à Ille sur têt.

Ce stage est proposé par la FALR (Fédération Apicole Languedoc Roussillon ) et mis en place grace à l'USAR (UNION SYNDICALE APICOLE DU ROUSSILLON)

C'est un stage pour les éléveurs de plus de 250 reines.

Le nombre de candidat est limité à 3 par département.

ATTENTION:

Si vous etes intéressés, vous devez envoyer votre bulletins d'inscription avant le 12 mars à:

Cristian PONS

Mas de Pagnol

34660 Cournonsec

Ne pas envoyer à l'USAR

Voir le dossier ici

Repost 0
11 février 2012 6 11 /02 /février /2012 10:53

Une commande groupée de sirop de nourissement Butiforce est envisagée pour le printemps prochain.

Toutefois il est nécéssaire d'avoir une commande de 12 tonnes minimum pour bénéficier de prix avantageux.

Si vous prévoyez de passer commande, ne tardez pas, veuillez contacter:

Annie Manibal au 04 67 98 52 35 qui vous donnera les renseignements nécessaires.

 

abeille sirop

Repost 0
9 février 2012 4 09 /02 /février /2012 10:32

Voici le courrier de Frédéric Chasson président du Syndicat Apicole Dauphinois:


Bonjour,

Mais enfin, je rêve ! A nous de nous battre pour ne pas être « parqués dans les réserves » !!! 80% des français sont contre les OGM mais seulement 47000 signatures sur la pétition ogm-abeilles. On devrait être à 10 000 000 rien que pour la France !... A nous de faire plus de barouffe et de nous bouger les fesses pour nous défendre. C’est sûr, si on reste chacun de notre côté en se disant « c’est pas mon problème », « je m’en fous » , «  les autres n’ont qu’à se bouger » ou « mon syndicat ne fait rien, alors je ne faits rien » ; c’est bon, pliez vos ruches, les labos ont gagné et allons faire du tricot en laine OGM…

 Désolé d’être une nouvelle fois border-line dans mes écrits, mais on ne peut pas se contenter à couiner derrière nos claviers en discutant entre « bons gentilhommes »… On a tous des députés, des sénateurs, des élections… A nous de les contacter, de leur écrire en leur demandant qu’elle est leur solution contre le marasme économique qui va nous tomber sur le coin de la figuer cette année. Personne n’a d’enfants ou de petits-enfants pour se battre et combattre pour eux ? Vous leur direz quoi quand ils ne pourront plus manger de fruits/légumes parce qu’il n’y aura plus d’abeilles ? J’ai eu une panne d’électricité car il faisait trop froid dehors ?... ça me renverse ce silence assourdissant sur ce sujet en ce moment dans notre propre milieu apicole !

 J’ai comme la nette impression que beaucoup d’apiculteurs n’ont pas encore percuté et imprimé qu’avec l’arrêté de la CEJ de novembre, on ne pourra plus vendre notre miel en 2012 !... Vu le silence sur ce sujet, je crainds le pire… Est-ce réellement qu’une impression ou bien suis-je complètement à côté de la plaque ?

 Cordialement,

 Signez la pétition http://www.ogm-abeille.org/

 Frédéric Chasson

Repost 0
25 janvier 2012 3 25 /01 /janvier /2012 13:23

Communiqué de presse 

Génération Ecologie

OGM

Qu'attend le gouvernement pour prendre l'arrêté d'interdiction de culture du maïs Mon810 ?

 

Le 13 janvier, les ministères de l'écologie et de l'agriculture ont fait part de leur décision d'interdire la culture du maïs transgénique MON810 sur le territoire français durant l'année 2012.

 

Aujourd'hui Nathalie Kosciusko-Morizet annonce que l'arrêté sera pris avant la fin février. Quel empressement !

 

Les déclarations d'intention ne suffisent pas. L'arrêté d'interdiction de culture et de commercialisation du maïs Mon810 doit être pris rapidement faute de pouvoir être effectivement applicable. La période des semis approchant, de nombreux agriculteurs risquent de semer précocement afin d'échapper à cette interdiction.

 

En outre, rappelons que par son arrêt du 6 septembre 2011, la CJCE a décidé d'interdire la commercialisation du miel contenant des pollens présentant des traces de Mon810. Entre difficultés économiques liées à cette décision et conséquences de la présence d'OGM pour les abeilles, la filière apicole est grandement menacée !

 

Nous demandons à Madame Kosciusko-Morizet (Ministre de l'Ecologie) et Monsieur Le Maire (Ministre de l'Agriculture) de mettre en place la clause de sauvegarde en prenant, dans les plus brefs délais, l'arrêt interdisant la culture du maïs Mon810 sur le territoire français. Les intérêts du lobby agro-alimentaire favorable aux OGM ne doivent pas l'emporter.

  

Yves PIETRASANTA

 

Repost 0
Publié par Abeille34 - dans Publications
commenter cet article
15 décembre 2011 4 15 /12 /décembre /2011 13:56

Hérault Apicole 90 de décembre 2011

 

Cliquer sur le logo pour ouvrir le journal :

 

havignette.jpg

Repost 0
Publié par Abeille34 - dans Hérault Apicole
commenter cet article
2 décembre 2011 5 02 /12 /décembre /2011 16:37

Bonjour à tous,

 

En septembre dernier, la Cour de justice de l’Union européenne décidait que du miel contenant du pollen de maïs OGM MON810 ne pouvait être commercialisé faute d’autorisation de ce pollen dans le miel. Par cette décision, ce sont toutes les productions apicoles situées dans un rayon de 10km d’un champ d’OGM qui sont menacées : le miel, le pollen, ou tout complément alimentaire contenant du pollen. 

 

Depuis, les tractations vont bon train. Des manipulations juridiques qui permettraient de contourner cette décision dans le cas du miel sont à l'étude, au mépris de la transparence exigée par les consommateurs. Le 12 décembre prochain, la Commission devrait présenter aux Etats membres les pistes qu’elle retient.

 

La prise de conscience environnementale est devenue telle que la Commission Européenne ne peut prendre le risque de sacrifier délibérément l'abeille au profit des intérêts des multinationales. La coexistence des cultures OGM et de l'apiculture est impossible. L'abeille est un élément indispensable de l'environnement, de la biodiversité, et un atout incontournable pour la pollinisation de nombreuses cultures. Déjà mise à mal par la pression des pesticides, l’apiculture pourrait tout bonnement disparaître des campagnes européennes par décision politique. OGM ou abeille, il va falloir choisir !

C’est pour cela que l’UNAF a souhaité mobiliser les organisations apicoles, agricoles et environnementales pour appeler les citoyens à signer une pétition face au risque des OGM.

 

Nous vous invitons à signer cette pétition en ligne sur www.ogm-abeille.org ou en version papier (voir pièce jointe ou téléchargeable sur le site). N’hésitez pas à la faire circuler autour de vous : voisins, famille, amis, clients.
La semaine prochaine, nous vous transmettrons des modèles de courriers à transmettre aux parlementaires sur cette même question.

 

Bien cordialement,

 

Olivier Belval

Président de l’UNAF

Repost 0
20 octobre 2011 4 20 /10 /octobre /2011 13:48

Comme suite à la réunion du 12 novembre 2011, vous pouvez trouver ci dessous les 

Dossiers sur le Frelon Asiatique:

 

Biologie du frelon asiatique 

Optimiser le piègeage

Piéger efficacement


Grand merci à Monsieur Richard Legrand pour son intervention.

Avec l'autorisation de l'Abeille Périgordine

 Reunion-13-11-11-Agde 2025Reunion-13-11-11-Agde 2020Reunion-13-11-11-Agde 2031Reunion-13-11-11-Agde 2035Reunion-13-11-11-Agde 2039


 

Le Groupement de Défense Sanitaire Apicole et l’Abeille Héraultaise vous invitent à la journée d’information sur le Frelon Asiatique animée par   Monsieur Legrand Richard  qui se déroulera le dimanche 13 novembre 2011, à 9 heures, en AGDE à la salle de l’ancienne mairie rue Jean Roger (derrière la cathédrale). Se garer sur les parkings avoisinants.

 Pour vous y rendre, voir la carte ici

Pour le repas de midi, nous irons au restaurant « Le Regency » qui se trouve Route du Cap 2 Rue de Bruxelles en AGDE, face au rucher école, au pied du Mont Saint Loup .

Le menu se compose  d’un Apéritif (kir) suivi d’une Assiette de 4 entrées froides et chaudes puis d’un Couscous Royal et se terminera par une assiette de pâtisserie + vin + thé à la menthe ou café  pour la somme de 23€ par personne.


Pour les inscriptions, envoyez le chèque libellé à l’ordre du G.D.S.A. de l’Hérault à Monsieur MANIBAL Francis, 2 chemin de la Jeanne de Pierre 34480 LAURENS, avant le 07/11/2011.

En espérant vous voir nombreux.

Salutations apicoles

                  

Le Président du G.D.S.A               Le Président de l’Abeille Héraultaise

    Manibal Francis                                            Pons Christian

Repost 0
Publié par Abeille34 - dans GDSA infos
commenter cet article

Présentation

  • : Abeille34-GDSA34 - les Apiculteurs de l'Hérault
  • Abeille34-GDSA34   -  les Apiculteurs de l'Hérault
  • : Blog pour les apiculteurs du département de l'Hérault destiné à faire circuler les informations syndicales et sanitaires concernant les abeilles.
  • Contact

Contactez nous

Vous pouvez laisser vos commentaires en fin d'article ou nous contacter directement à l'adresse abeille34@gmail.com

Recherche Dans Le Blog